lucy in the web - la passion des Beatles
|
plan du site | contact

interactif

recherche

à l'honneur

La chanson de Lucy, par Mumu

DVD Plastic Ono Band
DVD Plastic Ono Band

Bonsoir Paris, les Beatles et la presse française
Bonsoir Paris, les Beatles et la presse française


Au cours de leur carrière, et du fait des moyens réduits dont ils disposaient en live, les Beatles ont donné le meilleur d'eux même principalement en studio. Ils en ont profité pour révolutionner les techniques de l'époque et marquer au fer rouge des générations de musiciens grâce à leurs innovations.

Les magiciens du studio


On peut dire que c'est à partir d'avril 1966 et le début des séances pour Revolver, que le groupe cessa de n'être qu'un groupe de scène, efficace certes mais au dispositif plutôt simple, pour se métamorphoser en groupe d'artistes réels, de créateurs inspirés, impressionnistes.
Dès lors, ils transformèrent le studio, jusqu'ici endroit plutôt lugubre, austère et pour tout dire coincé (avec horaires de séance très stricts/ingénieurs vêtus de blouses blanches/demande de permission écrite pour tout et n'importe quoi) en atelier de création libre, façonnant leurs sons et leurs voix avec l'aide d'au moins 4 personnes :

George MARTIN bien sûr. Producteur, arrangeur, chef d'orchestre, pianiste compositeur et ex-élève de la très British Royal Academy of Music. C'est lui qui traduisait en partitions ce que les Beatles désiraient entendre de la part des cordes, des cors anglais, des trompettes ou de tout autre instrument. En effet, aucun des Beatles ne savait lire ou écrire la musique, aucun d'eux n'avait appris le solfège; Lennon et McCartney, en autodidactes surdoués, faisaient tout à l'oreille, à l'instinct. Lorsqu'ils souhaitaient des violons ou des trompettes, il chantonnaient ce qu'ils voulaient à l'oreille de Martin et celui-ci écrivait les notes. George Martin était également le "convertisseur" des idées sonores souvent confuses d'un Lennon en termes techniques compréhensibles par les ingénieurs du son. Il vérifiait la justesse du tout, pointait les couacs et corrigeait ce qui ne passait pas.

Geoff EMERICK, ingénieur du son. Il forma rapidement avec George Martin un duo de choc. Ils travaillèrent en binôme pendant de très longues années. C'est lors des séances de Revolver que Geoff fit ses débuts d'ingénieur du son en chef auprès des Beatles, alors qu'il n'avait que 20 ans (impensable aujourd'hui). C'est lui qui fut l'artisan de la plupart des trucages sonores de Revolver et de Sgt Pepper. Il demeura d'ailleurs fidèle à Paul McCartney, jusqu'à aujourd'hui.

Phil McDONALD, également ingénieur du son, entra en collaboration technique avec les Beatles lors des séances de Rubber Soul et devint un peu plus prépondérant par la suite, jusqu'à être omniprésent lors de l'enregistrement d'Abbey Road, au même titre que Geoff Emmerick. Il devait quant à lui faire un bon bout de chemin aux côtés de George Harrison et de John Lennon pour leurs albums solo respectifs du début des années '70.

Ken SCOTT et Chris THOMAS, toujours ingénieurs du son, furent assez importants lors des séances de l'Album Blanc, durant lesquelles ils durent à plusieurs reprises remplacer un George Martin très occupé ailleurs. Bien après, Thomas devint l'ingénieur fétiche d'Elton John.

On peut aussi évoquer la présence lors des séances d'Abbey Road d'un alors tout jeune assistant technique du nom d'Allan PARSON, et qui devait par la suite faire beaucoup parler de lui grace à son Project.

Meek - Octobre 2001
© LucyInTheWeb




sondage

Le Beatles Day de Mons :
J'y vais tous les ans
Occasionnellement
Déja fait une fois
J'ai très envie
Pourquoi pas...
M'intéresse pas

résultat
anciens sondages

infos du site
Recevez toutes les nouveautés du site

les actus
Recevez les actualités par email

partenaires


Hit-Parade


publicité




© lucy in the web - 1998-2008
Déclaration CNIL n°1043671