lucy in the web - la passion des Beatles
|
plan du site | contact

interactif

recherche

à l'honneur

La chanson de Lucy, par Mumu

DVD Plastic Ono Band
DVD Plastic Ono Band

Bonsoir Paris, les Beatles et la presse française
Bonsoir Paris, les Beatles et la presse française


La séparation des Beatles marquait la fin des Sixties et élevait le groupe au rang de mythe.
Beaucoup d'encre a coulé à son sujet, pour vous Lucy tente d'en expliquer les véritables raisons.

En guise de synthèse


Ainsi donc, si on essaie de résumer toute la chose, on peut dire que la séparation des Beatles peut assez décemment s'expliquer par au moins cinq raisons, qui se conjuguèrent à peu près en même temps :

- La mort brutale de Brian Epstein qui demeurait pour eux et quand bien même un point de repère psychologique fondateur.

- La lassitude naturelle d'un groupe de jeunes gens qui avaient trop vécu ensemble et certainement trop de choses en trop peu de temps.

- La personnalité instable et fragile de John Lennon qui en Yoko Ono a de toute évidence vu quelque chose qui lui manquait auparavant et que les Beatles ne lui donnaient finalement pas.

- La divergence de point de vue très embêtante entre McCartney et les trois autres quant au management du groupe.

- La perte symbolique de leur catalogue de chansons, évènement habillé de fatalité, qui semblait leur annoncer qu'il était peut-être l'heure de clore le chapitre


RINGO : On a dit pis que pendre de Yoko et de Linda. Ce n'est pas à cause d'elles que les Beatles se sont séparés. Tout à coup, on a eu trente ans, on s'est mariés, on a changé. On ne pouvait plus continuer cette vie-là.

JOHN : Toute chose est sympa par intermittence. Je suppose que ça aurait pu continuer à être sympa par intermittence. Ou à se dégrader. On grandit, c'est tout. On ne veut pas devenir le Crazy Gang ou les Marx Brothers. On ne veut pas, à cinquante ans, asthmatiques et tuberculeux, se faire porter sur scène pour chanter "She Loves You".

GEORGE : Je comprends que les Beatles ont joué un rôle important durant les années 60, et que tous les gens pour qui ils ont représenté quelque chose ont désormais grandi. C'est toujours pareil : on grandit avec quelque chose et on s'y attache. C'est l'un des problèmes de notre vie : nous nous attachons aux choses. C'est bien de continuer à les aimer, mais ça devient un problème quand on veut vivre dans le passé, que l'on s'accroche à quelque chose par peur du changement.

PAUL : Quelles que puissent être nos divergences, on resteras tous très liés. Nous sommes les seules quatre personnes à avoir vu toute la "Beatlemania" de l'intérieur. Nous sommes liés à jamais, quoi qu'il arrive.








MeeK - Coyote & Krystel
Mai 2002
© LucyInTheWeb


sondage

Le Beatles Day de Mons :
J'y vais tous les ans
Occasionnellement
Déja fait une fois
J'ai très envie
Pourquoi pas...
M'intéresse pas

résultat
anciens sondages

infos du site
Recevez toutes les nouveautés du site

les actus
Recevez les actualités par email

partenaires


Hit-Parade


publicité




© lucy in the web - 1998-2008
Déclaration CNIL n°1043671