|
plan du site | contact


Bienvenue sur cet espace de discussion ouvert à tous !
La passion des Beatles nous réunit,
mais tous les sujets sont possibles, vous avez la parole
et nous sommes là pour répondre à vos questions !

Se connecter pour vérifier ses messages privés Messagerie privée Rechercher Rechercher
Liste des Membres Liste des Membres Profil Profil
Connexion Connexion FAQ FAQ
S'enregistrer S'enregistrer (nouvel utilisateur)
  Lucy in the web Index du Forum > L'actualité des Beatles
  Sujet : Les Beatles et le marché américain
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
JB



Inscrit le: 29 Avr 2006
Messages: 631

MessagePosté le: Ven Fév 14, 2014 3:08 pm    Sujet du message: Les Beatles et le marché américain Répondre en citant

Il faudrait un jour toucher un mot à propos de cet homme :



Dave Dexter, le bougre de salopiot qui ne voulait pas sortir les disques sur Capitol jusqu'à ce qu'il soit forcé, celui qui a imposé les variantes soniques, les pochettes et tracklists remodelés à son goût. Et qui a critiqué assez vertement Lennon peu après sa disparition.

fifi a écrit:
En effet un article "au vitriol" juste après sa disparition dans le Billboard, et encore une couche dans sa bio (dommage que je ne trouve pas cet original témoignage du sens de la reconnaissance).

Je ne connais pas les dessous de l'histoire, des histoires de sous?

D'après ce que j'ai pu en lire, Dexter, dont c'était la responsabilité chez Capitol, a refusé plusieurs fois de publier les Beatles sur le fameux label. Puis, quand il fut contraint de le faire dès 1964. il décida aussitôt "d'adapter" le son britannique à ce qu'il considérait comme étant plus propice aux oreille américaines. De même il revit les tracklists des albums à sa guise ainsi que leur habillage, jugé par lui pas assez commercial pour le marché US.

Féru de jazz, Dexter n'a jamais considéré les Beatles comme des artistes majeurs.

Don Everly a écrit:
Dexter détestait déjà le rock dès son apparition au milieu des années 50 :

Dexter wanted Capitol to focus more on jazz than on rock and roll and hit singles. In a 1956 memo, he complained that the music business was being driven by the tastes of children, and derided current hits by such artists as Elvis Presley and Guy Mitchell as "juvenile and maddeningly repetitive."

fifi a écrit:
Il existe "des cas" où des maisons de disques regrettent ouvertement certains choix...ce qui serait interessant de savoir s'il faisait la fine bouche en direction d'autres pointures ou futures pointures?

Parce que le jazz, on ne peut pas affirmer qu'il ait engendré de nombreuses fortunes en tant que genre musical en comparaison d'autres, si tant est que cela soit le but du jeu évidemment...

Le jazz, au sens le plus large du terme, fut une force vive du marché américain jusqu'à la fin des années 50. Sinatra, par exemple, chez Capitol pendant de loongues années, vient clairement du jazz. Tout comme, à titre bêtement comparatif, les Beatles étaient issus du rock'n'roll.

Don Everly a écrit:
fifi a écrit:
C'est une musique "noire" à la base et issue du blues, qu'ensuite beaucoup se sont "approprié", comme les crooners, en dénaturant "l'idéologie"...

Les influences du Jazz sont effectivement le Blues, mais aussi (surtout) le Ragtime (lui même influencé par la musique classique européenne) et la musique européenne, donc. Le jazz est une musique métisse qui réunit cultures africaines et cultures occidentales.

Quand aux crooners, ils sont juste la descendance logique du Jazz "New Orleans", pouis des Big Bands...

Dirait on des Beatles qu'ils se sont "approprié" le Rock en en "dénaturant" l'idéologie ? Rolling Eyes

Le rock'n'roll, en 1962, était passé de mode, twist, surf et, mais oui, bossa nova, avaient alors le vent en poupe.

Les premiers 45 tours et les 8/10 du premier LP des Beatles ne sont guère rock. Pop, rythmés, sous influence, ça oui. Pourtant, 1,2,3,4, 'I Saw Her Standing There'. La musique du diable n'y est pas dénaturée, juste enrichie. L'année "rock" des fabs est 1964, avec les reprises de 'For Sale' et du EP 'Long Tall Sally'. De manière aussi respectueuse que basique.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Don Everly



Inscrit le: 03 Déc 2005
Messages: 3099
Localisation: Kentucky

MessagePosté le: Sam Fév 15, 2014 2:45 am    Sujet du message: Répondre en citant

JB a écrit:
Don Everly a écrit:
Dirait on des Beatles qu'ils se sont "approprié" le Rock en en "dénaturant" l'idéologie ? Rolling Eyes

Le rock'n'roll, en 1962, était passé de mode, twist, surf et, mais oui, bossa nova, avaient alors le vent en poupe.

Les premiers 45 tours et les 8/10 du premier LP des Beatles ne sont guère rock. Pop, rythmés, sous influence, ça oui. Pourtant, 1,2,3,4, 'I Saw Her Standing There'. La musique du diable n'y est pas dénaturée, juste enrichie. L'année "rock" des fabs est 1964, avec les reprises de 'For Sale' et du EP 'Long Tall Sally'. De manière aussi respectueuse que basique.

JB, JB, JB...Et Hambourg ? Et les sessions BBC ? Et les "set-list" de concerts ? De plus, j'ai dit le "Rock", pas le "Rock'n'Roll", justement pour que tu ne joue pas sur les mots, hé ben c'est réussi... Rolling Eyes

Tu cites "I saw her standing there", très bien, et "One after 909", c'est de la Bossa Nova ? Confused

Enfin, "la musique du diable n'y est pas dénaturée", c'est à riri, pardon fiifi qu'il faut le répondre, moi je faisais justement le parallèle avec les crooners pour dire que pas plus les Beatles ont dénaturé le Rock, pas plus les crooners ont "dénaturé" le Jazz....

T'as du mal en ce moment ! Un rude hiver qui s'étire peut être ? vivement le printemps ! Razz
_________________
"Hey bird dog get away from my chick
Hey bird dog better get away quick
Bird dog you better find
A chicky little of your own ! "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
maxime



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 6712

MessagePosté le: Sam Fév 15, 2014 9:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

Putain sur Lucy il y a le même virus que sur Yellow Sub ou quoi ?
Des donneurs de leçons, un ton péremptoire, de l'agressivité.


On se calme, les gars.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fifi



Inscrit le: 04 Fév 2006
Messages: 1278
Localisation: quelque part là-dessus

MessagePosté le: Sam Fév 15, 2014 10:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

Bah c'est rien, je vais demander à l'administrateur de transformer le fifi en loulou ou coincoin, j'comprends que ça rebute, mais à vrai dire ça tombait sous le coup du souhait initial de discrétion...au passage j'en rassure quelques uns...ça fait 45 ans que Disney ne me fout plus la gaule (Même chose pour Astérix)... Laughing

Bon on parlait de quoi au fait? de l'adaptation d'un produit artistique aux goûts du ricain moyen en 1964? Wink

Je disais que certaines marques de bière s'adaptent aussi selon les régions voire pays, mais ne le disent pas...reste à savoir si l'inventeur de la première pression s'en apercevrait?

Lennon, lui, a probablement remarqué qu'on avait changé quelques ingrédients...je ne pense pas que c'était uniquement par caprice ou faire de la mousse...

Songez un peu à ce que diraient les frères Gibbons si on leur demandait de se raser pour mieux vendre chez Amazone....
_________________
Take a look on the BEATOONS, very good job, some parodies are funny a lot, covers sometimes are awesome, especially "All things must pass"...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JB



Inscrit le: 29 Avr 2006
Messages: 631

MessagePosté le: Sam Fév 15, 2014 11:39 am    Sujet du message: Répondre en citant

fifi a écrit:
Bon on parlait de quoi au fait? de l'adaptation d'un produit artistique aux goûts du ricain moyen en 1964? Wink

Bon, ça c'était le trip de ce Dave Dexter dont il est question plus haut. Ce qui eut pour amusante conséquence de proposer de drôles d'alternatives, duophoniques, gorgées de reverbe peu discrète. Hélas, ce n'est pas via les toutes récentes rééditions qu'on les entendra.

Dommage ?
Ou alors est-ce un juste retour au son original avant bricolages sauvages ?
Je penche pour la première variante, mais la deuxième, quelque part, se défend. Un peu. Un tout petit peu.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Don Everly



Inscrit le: 03 Déc 2005
Messages: 3099
Localisation: Kentucky

MessagePosté le: Sam Fév 15, 2014 12:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour le massacre en "duophonic", Capitol avait déjà frappé dès 1961-1962, quand Sinatra avait quitté le label pour fonder sa propre maison de disques (Reprise, rachetée quelques années plus tard par la Warner). Lui aussi a eu droit à son lot d'albums bidouillés en "duophonic"...
_________________
"Hey bird dog get away from my chick
Hey bird dog better get away quick
Bird dog you better find
A chicky little of your own ! "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fifi



Inscrit le: 04 Fév 2006
Messages: 1278
Localisation: quelque part là-dessus

MessagePosté le: Sam Fév 15, 2014 12:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sans vouloir jouer les spécialistes, on peut créer une fausse image stéreo (a fake stereo) en retardant simplement infimement peu le signal d'une voie par rapport à l'autre, mais de mémoire dans le single Help! il y a une grosse reverbe sur le lead vocal, qui plus est... non doublée je crois...(alors que Lennon ne jurait que par ça pour, à ses dires, donner de la consistance à sa voix)?
(sur la version Beatles Rarities...)



Help capitol


_________________
Take a look on the BEATOONS, very good job, some parodies are funny a lot, covers sometimes are awesome, especially "All things must pass"...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Don Everly



Inscrit le: 03 Déc 2005
Messages: 3099
Localisation: Kentucky

MessagePosté le: Mar Fév 18, 2014 5:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

maxime a écrit:
Putain sur Lucy il y a le même virus que sur Yellow Sub ou quoi ?
Des donneurs de leçons, un ton péremptoire, de l'agressivité.

Ciao, je me barre.


Mais non, mais non on discute juste des dates de bombardement amicalement. Very Happy
_________________
"Hey bird dog get away from my chick
Hey bird dog better get away quick
Bird dog you better find
A chicky little of your own ! "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anthony



Inscrit le: 26 Nov 2002
Messages: 947
Localisation: Bombay (Paris 10ème)

MessagePosté le: Mar Fév 18, 2014 6:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tiens, puisqu'on parle d'histoire de la musique, une fois au boulot j'ai entendu un mec (que pourtant j'estime) dire la putain de connerie suivante: "je déteste les Beatles parce-qu'ils ont failli tuer le rock'n'roll!"

J'ai pas voulu réagir parce-que les discussions "les Beatles c'est nul / c'est super" j'ai assez donné, et puis je n'ai aucune culture musicale. Mais pourriez-vous me dire ce qu'il y aurait eu à répondre sérieusement à pareille ineptie?
_________________
http://les-dentus.blogspot.fr/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Don Everly



Inscrit le: 03 Déc 2005
Messages: 3099
Localisation: Kentucky

MessagePosté le: Mar Fév 18, 2014 7:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Que ce qui a failli tuer le Rock'n'Roll, ce sont les pseudos "rockers" idoles en mousse crées par le show bizness américain pour remplacer les vrais rockers vers 1959-1960, tel Pat Boone, Frankie Avalon, Bobby Rydell :









_________________
"Hey bird dog get away from my chick
Hey bird dog better get away quick
Bird dog you better find
A chicky little of your own ! "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mer Fév 19, 2014 1:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Don Everly a écrit:

Mais non, mais non on discute juste des dates de bombardement amicalement. Very Happy

Ah oui, le Bisou... Le Bisou... Le Bisou...

Et tiens, je fais péter un nouvel avatar pour le coup.

Et hop !



Love is all we need...


...she loves you yeah yeah yeah !


Filou


Dernière édition par Filou le Mer Fév 19, 2014 12:37 pm; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Don Everly



Inscrit le: 03 Déc 2005
Messages: 3099
Localisation: Kentucky

MessagePosté le: Mer Fév 19, 2014 12:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Laughing
_________________
"Hey bird dog get away from my chick
Hey bird dog better get away quick
Bird dog you better find
A chicky little of your own ! "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JB



Inscrit le: 29 Avr 2006
Messages: 631

MessagePosté le: Mer Fév 19, 2014 2:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Anthony a écrit:
Tiens, puisqu'on parle d'histoire de la musique, une fois au boulot j'ai entendu un mec (que pourtant j'estime) dire la putain de connerie suivante: "je déteste les Beatles parce-qu'ils ont failli tuer le rock'n'roll!"

J'ai pas voulu réagir parce-que les discussions "les Beatles c'est nul / c'est super" j'ai assez donné, et puis je n'ai aucune culture musicale. Mais pourriez-vous me dire ce qu'il y aurait eu à répondre sérieusement à pareille ineptie?
Le rock'n'roll a failli décéder tout seul, comme un grand. Il s'agissait -aussi- d'une danse, d'une mode qui avait, semblait-il fait son temps. Dès 1958, les films d'Elvis s'en éloignent, tout comme ses disques. En 1960, Little Richard est en plein trip gospel, etc. A Londres, la première vague du blues boom est en devenir, ces gens-là ne sont guère amateurs de rock, mais de blues et de r&b, créant des vocations chez les futurs Stones, Kinks, Pretty Things, Who et autres Yardbirds.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anthony



Inscrit le: 26 Nov 2002
Messages: 947
Localisation: Bombay (Paris 10ème)

MessagePosté le: Mer Fév 19, 2014 6:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci les gars! Wink
_________________
http://les-dentus.blogspot.fr/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Don Everly



Inscrit le: 03 Déc 2005
Messages: 3099
Localisation: Kentucky

MessagePosté le: Mer Fév 19, 2014 10:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

JB a écrit:
Le rock'n'roll a failli décéder tout seul, comme un grand.



Un petit coup de main de l'establishment sur l'emprisonnement de Chuck Berry, le scandale qui brise la carrière de Jerry Lee et surtout le scandale de la "Payola" (pots de vins distribués aux disc-jockeys pour qu'ils passent des disques en priorité sur les antennes) quand même, peut être ?


JB a écrit:
Il s'agissait -aussi- d'une danse, d'une mode qui avait, semblait-il fait son temps.


Euhhh, non. Là y a confusion entre le "rock'n'roll" encore très dansant effectivement de Bill Haley (plus proche du Rythm and Blues en fait) et les jeunes aux dents longues qui arrivent juste après dans le sillon d'Elvis. On danse (dans le sens ou tu l'entends) beaucoup moins facilement sur "Great Balls of Fire" ou "Jailhouse Rock" que sur "See You Later Alligator".


JB a écrit:
Dès 1958, les films d'Elvis s'en éloignent, tout comme ses disques.



Là encore, le propos manque de mesure ! Wink Si Elvis a effectivement sorti un extended play de Gospel, et chanté Don't Be cruel (rythmé mais pop) ou "Teddy Bear" (rythmé aussi mais très édulcoré) voir des ballades comme "Loving You", en 1958, il chante encore "Hard Headed Woman" et juste auparavant "Jailhouse Rock", donc on ne peut pas encore parler d'éloignement...



JB a écrit:
En 1960, Little Richard est en plein trip gospel, etc.



Dès 1958, en fait, mais on peut quand même se demander si le petit Richard, homosexuel au style très extraverti n'a pas senti le "vent du boulet" et n'a pas chercher une porte de sortie pour éviter les ennuis...En 1962, il est déjà de retour sur les scènes Rock'n'Roll...


JB a écrit:
A Londres, la première vague du blues boom est en devenir, ces gens-là ne sont guère amateurs de rock, mais de blues et de r&b, créant des vocations chez les futurs Stones, Kinks, Pretty Things, Who et autres Yardbirds.




Les Stones adoraient Chuck Berry et Bo Diddley, quand même..et puis tout ses braves gens n'auront pas de succès avant 1963, au plus tôt, la British invasion ne démarrant qu'en février 1964 avec le passage des Beatles chez Ed Sullivan...

Non, le rock (originel) est mort entre 1958 et 1959, pour diverses raisons dont la volonté de l'establishment (américain)de se débarrasser de ces empêcheurs de tourner en rond...
_________________
"Hey bird dog get away from my chick
Hey bird dog better get away quick
Bird dog you better find
A chicky little of your own ! "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Page 1 sur 4


 
Sauter vers:  



Powered by phpBB © phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com