|
plan du site | contact


Bienvenue sur cet espace de discussion ouvert à tous !
La passion des Beatles nous réunit,
mais tous les sujets sont possibles, vous avez la parole
et nous sommes là pour répondre à vos questions !

Se connecter pour vérifier ses messages privés Messagerie privée Rechercher Rechercher
Liste des Membres Liste des Membres Profil Profil
Connexion Connexion FAQ FAQ
S'enregistrer S'enregistrer (nouvel utilisateur)
  Lucy in the web Index du Forum > Coups de coeur
  Sujet : Moebius in the sky with diamonds
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Yazid



Inscrit le: 22 Mai 2005
Messages: 697
Localisation: Fontenay sous Bois

MessagePosté le: Sam Mar 10, 2012 3:43 pm    Sujet du message: Rip Moebius Répondre en citant

RIP Jean "Moebius" Giraud



YM
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Sam Mar 10, 2012 3:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Putain, oui.

Et je sais que tu es particulièrement touché.
On en a déjà causé ensemble. Au sujet de cette série Barclay de double-albums de 1975
où il avait signé l'une des cinq pochettes. La 1ère de la série. A partir d'une photo de Jean-Noël Coghe.

Tu l'avais contacté pour une expo, je crois.
Pour présenter l'original du dessin, si mes souvenirs sont bons.

Ca fait un choc d'apprendre ça, putain.








La photo originale de Jean-Noël Coghe à l'occasion de l'expo Renoma 2010.
Ici Jean-Noël Coghe en compagnie de Jean-Louis Rancurel au vernissage de l'expo.




Je ne pense pas que Moebius était présent ce jour-là ?
Dommage.

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zug



Inscrit le: 02 Oct 2004
Messages: 3335
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Mar 10, 2012 5:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

On parlait l'autre fois des dessinateurs....
En v'la un qui avait vraiment du génie et qui a su capter l'esprit de son temps et qui a su reproduire les ambiances psyché avec poésie...
Une bien triste nouvelle que cette disparition....
Dommage , le Lieutenant Blueberry avait pourtant avec un couteau prolongé sa ligne de vie...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Dim Mar 11, 2012 8:22 pm    Sujet du message: Re: Rip Moebius Répondre en citant

C'est peu de le dire.
Un vrai génie dans son art.
Une réputation à dimension planétaire.
On est carrément au-dessus du lot. La crème de la crème.
Reconnu et admiré aussi par des grandes figures de la BD mais aussi
du cinéma comme George Lucas, Miyazaki, Ridley Scott, Spielberg ou Luc Besson.

Ce matin, l'émission ECLECTIK a été rediffusée.
Il est interviewé chez lui, dans son atelier, et parle sans détour de lui, de son travail.
Il raconte, il plaisante, il est d'une humeur très joyeuse. Très très à l'aise.
Il va jusqu'à affirmer qu'il est un "virtuose du dessin".
Sans complexe. Aucun. Plein de sincérité.

C'était il y a plus d'un an pour l'exposition à la Fondation Cartier. Très très sympa à réécouter.











http://www.franceinter.fr/emission-eclectik-moebius

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Lun Mar 12, 2012 1:50 am    Sujet du message: Re: Rip Moebius Répondre en citant

Une page spéciale également.

Avec une seconde émission à la clé où il était l'invité.



L'année dernière, Moebius était à l'honneur à la Fondation Cartier avec l'exposition MOEBIUS-TRANSE-FORME. Une rétrospective inédite de l'auteur de BD, construite autour du thème de la métamorphose. Il a réalisé dans ce cadre son premier film d'animation 3D. Meobius était à cette occasion l'invité de François Busnel dans le Grand entretien.

http://www.franceinter.fr/depeche-le-dessinateur-moebius-est-mort

http://www.franceinter.fr/em/grand-entretien/98871

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Lun Mar 12, 2012 11:41 am    Sujet du message: La Une de Libé Répondre en citant

Une superbe Une pour Libé !!!

Cinq pages qui lui sont consacrées.
Un numéro collector.
La grande classe.



Cet hommage est signé Enki Bilal.

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
maxmas55



Inscrit le: 16 Aoû 2010
Messages: 593
Localisation: Modena, Italie

MessagePosté le: Mer Mar 14, 2012 11:39 pm    Sujet du message: Re: Moebius in the sky with diamonds Répondre en citant

un métronome de mes années à Paris...







Crying or Very sad
_________________
There's nothing you can say that can't be said...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Jeu Mar 15, 2012 12:36 am    Sujet du message: Re: Moebius in the sky with diamonds Répondre en citant

Joli souvenir, Massimo !

On sent beaucoup d'émotion dans ton témoignage.
Comme dans les nombreux que l'on peut croiser ici ou là.

Aux vues des dernières images et interviews qu'il donnait, il semblait toujours bon pied, bon œil. Les amateurs éclairés le retrouvaient régulièrement arpentant les allées des festivals de BD (Angoulême, Saint Malo, Bastia, Paris...) et se prêtant volontiers aux jeu des interviews et autres présentations mettant en avant le 9ème art.


L'annonce de sa mort au journal TV suisse : http://www.rts.ch/g/G8I8
Marrant comme, après tout ce temps, l'on parle encore de "longue maladie" à la place de cancer.

Des images de Moebius s'activant en pleine
préparation de l'expo à la Fondation Cartier : http://www.rts.ch/g/G8Ek



Quelques autres témoignages au détour de blogs :

J'ai dévoré à l'adolescence tous les Blueberry, de Fort Navarro à La Dernière Carte en passant par le cycle du de La Mine de l'Allemand perdu ou Le Bout de la piste. J'étais bluffé par le style de Gir, sa virtuosité, son énergie. J'étais excité par Chihuahua Pearl, cette diablesse aguicheuse qui tournait autour de mon rebelle au grand coeur de "Blueb", lui voulant tantôt du bien, et tantôt du mal.



C'est justement à l'adolescence que j'ai découvert la revue Métal Hurlant... et du coup Moebius. Au lycée, les discussions étaient infinies à propos d'"Arzach", de "L'Incal" au "Garage Hermétique", des "Yeux du chat" ou du "Bandard Fou".





A propos de la suite du Major Fatal, Moebius m'avait dit: "Ha bon, tu as aimé?" Avec lui, le tutoiement était quasiment automatique. Puis revenant sur son album, il avait poursuivi: "Remarque, en un sens, c'est peut-être normal que cela plaise. Car je dessine toujours dans un état de jubilation. Avec un mélange d'étonnement, de candeur et de blague, j'essaie de ne rien préméditer, de façon à laisser béante ligne Maginot de l'imaginaire... Finalement, c'est comme un journal intime."

Soudain, il avait quitté les yeux de sa feuille de papier et avait posé son pinceau.

"Ok, je vais jouer le jeu de l'interview... Je m'arrête de dessiner."



A propos du retour du Major Fatal, Moebius déclarait: "Le Major fatal est une série très particulière publiée dans le magazine Métal Hurlant, et qui a inauguré plusieurs choses. D'abord un mode particulier de production basé sur l'aléatoire, l'improvisation, la désinvolture. Mais aussi sur quelque chose s'assez nouveau qui était une complicité avec le lecteur. Pour moi, le Major Fatal est un vecteur de rêves. Le principe du personnage c'est de ne pas avoir de projet, et de errer au coeur de sa propre création."





En interview filmée : http://bcove.me/rgluetpo



Moebius avait également déclaré au cours de cet entretien : "Je n'ai jamais de projets de cinéma et toujours des projets de BD. Je suis un professionnel de la bande dessinée du début jusqu' à la fin."

En se faisant tirer l'oreille, il avait bien voulu finir par lâcher qu'il pourrait refaire un nouvel album de Blueberry en 2010 "après s'être entièrement consacré à son nouveau projet d'Arzak et à la suite des aventures du Major fatal..."




En visite au Nouveau Musée de la BD d'Angoulême en 2009 : http://bcove.me/7r96tx84


On le retrouvera aussi chez DC pour Batman Black & White, Superman #400. Pour Penthouse Comix, il dessinera aussi une courte histoire pastichant Batman, « Ratman », moins restée dans les mémoires.



Si l’artiste était un génie, l’homme était d’une grande gentilesse et d’une sérénité certaine. S’il existe un « ailleurs », Mœbius est sans doute déjà à l’oeuvre pour redécorer les lieux, leur inventer quelque chose de plus léger et plus lumineux. Jean Giraud / Mœbius est mort vous diront certains. Disons plutôt que le voici immortel et que sa trace perdurera aussi bien dans les comics que dans le reste de la BD mondiale… L’homme laisse un vide, l’oeuvre reste énorme…


Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Jeu Mar 15, 2012 1:26 am    Sujet du message: Re: Moebius in the sky with diamonds Répondre en citant

Le faire-part sur le site officiel.

Demain (aujourd'hui)
à la Basilique Sainte Clotilde
et au cimetière du Montparnasse.



Le site officiel : http://www.moebius.fr

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mar Avr 10, 2012 7:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La presse BD ont bien couvert la news et rendent toutes un hommage appuyé au bonhomme.
Dessinateurs et auteurs ne font qu'un pour parler de leur rencontre ou collaboration avec Mœbius
et partager des anecdotes qui resteront dans leur mémoire. Un hommage unanime à travers des textes
et des dessins qui parlent souvent mieux que de longs discours. Surtout quand le talent est là.














Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Sam Avr 14, 2012 1:40 pm    Sujet du message: Moebieu et Jean-Noël Coghe autour d'une voodoo soup Répondre en citant

Filou a écrit:
On en a déjà causé ensemble. Au sujet de cette série Barclay de double-albums de 1975
où il avait signé l'une des cinq pochettes. La 1ère de la série. A partir d'une photo de Jean-Noël Coghe.



La photo originale de Jean-Noël Coghe à l'occasion de l'expo Renoma 2010.
Ici Jean-Noël Coghe en compagnie de Jean-Louis Rancurel au vernissage de l'expo.




Je ne pense pas que Moebius était présent ce jour-là ?
Dommage.

Un dessin qui causa, au départ, beaucoup de soucis à Moebius qui ne se doutait pas que ce "simple dessin" allait avoir tant de conséquences.
Une histoire qui a fini, fort heureusement, par s'arranger ...mais cela n'était pas sans peine.

Un truc à peine croyable qui aurait pu mal finir. Et pourtant ...qui s'est bien terminé.
Au final, une belle rencontre entre deux hommes. Deux talents.


Voila comment est raconté l'histoire autour de ce dessin et de cette photo
par Stéphane Amsler et publié dans les colonnes de L’Humanité en février 2000 :

En mars 1967, Jimi Hendrix est encore un inconnu lorsque Jean-Noël Coghe le suit en tournée pendant plusieurs jours. Anecdotes et documents évoquent sa fulgurante carrière. À partir de photos inédites, Moebius réalise une dizaine de planches qui projettent Jimi Hendrix dans l’imaginaire.

Trente ans plus tard, cette tournée en Belgique d’un Jimi Hendrix à l’aube de sa grande carrière vient de donner ce livre, Émotions électriques (Castor astral), mélange de textes de souvenirs, de photos, illuminé par les superbes dessins de Moebius qui, à l’époque, a lui aussi ressenti l’onde de choc.
"« Quand Barclay, raconte-t-il dans son atelier magique, m’a demandé de dessiner pour la première fois Jimi Hendrix il y a plus de vingt ans pour une pochette, il venait de mourir et nous étions encore tout vibrants de ce qu’il avait apporté. J’ai eu à cour de me mettre à un niveau d’inspiration comparable au sien, c’est-à-dire un délire et en même temps un très bon contrôle. Il met en place une structure musicale rigoureuse qu’est le blues avec des compositions très bien cadrées mais travaille dans un sens d’expressivité totale. Au niveau émotionnel, la force est à son apogée. »



Dans Émotions électriques, le dessinateur a extirpé de sa manche ses deux styles comme si Hendrix, finalement, synthétisait toute son ouvre : réaliste blues (côté Blueberry) et onirique délire (côté Moebius). « J’ai tracé le personnage de Hendrix à mi-chemin du fantastique onirique mais un fantastique qui ne fait pas appel au vocabulaire traditionnel du surréalisme comme l’entend un Dali. J’ai voulu renouveler le surréalisme comme Hendrix a renouvelé le langage musical. Pour le dessin, je me suis accroché à l’énergie du musicien. J’y vois là une sorte de manifeste. »

Sans retour en arrière ni se copier lui-même, il essaie d’éviter ce psychédélisme qui charge toujours le personnage hendrixien.

Pour l’affaire Barclay, là où les autres dessinateurs engagés (Druillet, Solé…) sacrifient à une esthétique psyché, Moebius prend une autre voie. Il choisit une photo comme modèle et la recopie à sa manière, montrant un Jimi mangeant sa soupe au milieu des fumées hallucinogènes, d’un environnement étrange, « boschien, dit-il, sans vouloir me comparer à Jérôme Bosch, une vision du quotidien, des objets d’où sort un mystère non identifiable ». La drogue n’est pas loin, le génie y est représenté.

Seulement, la photo a été prise par Jean-Noël Coghe quelques années plus tôt. Procès. Et querelles. Elles vont durer des années avant que les deux hommes, réconciliés, décident d’en faire un livre.
« Tout cela était fort, ajoute l’artiste, d’autant que notre relation se greffait sur une histoire un peu cruelle, émotionnellement intense, la vie de Jean-Noël qui était en jeu. Pour lui, avoir rencontré Hendrix alors que personne ne le connaissait n’est pas quelque chose de simple. Ce sont des souvenirs qu’on raconte à ses petits-enfants. Il m’a entraîné de force dans son histoire personnelle. Et j’y suis allé ensuite sans retenue ».






De son côté, voila comment Jean-Noël Coghe raconte sa rencontre avec Jimi
et comment s'est passé ce moment "magique" immortalisé par son cliché légendaire.

On comprend l'émotion qu'il en garde. Et le souvenir qui reste intact après toutes ces années.


Le 5 mars 1967, Jimi Hendrix se produit en Belgique, au Twenty Club de Mouscron, avant de jouer le même soir en France, dans une salle du Nord-Pas de Calais, aux environs de Lens. Les deux jours suivants, il se rend à Bruxelles et à Waterloo... Les (deux) télévisions belges veulent le filmer ! Au coté d’un Jimi Hendrix encore pratiquement inconnu quelques semaines à peine après la sortie de Hey Joe, un homme : Jean-Noël Coghe.

Ce lundi soir, c’est quartier libre. Noeghan (Jean-Noël Coghe) suggère donc que la bande aille dîner chez Zorbec, dans l’antre des rockers de Bruxelles, les Aigles. Le rendez-vous est fixé au bar de la Bourse, situé en face de l’hôtel Central ! La bande s’y retrouve, à l’exception de Noel Redding déjà parti se coucher. Sinon, tous sont attablés dans cette brasserie, dans l’attente du départ. L’ambiance est particulièrement détendue. Seul Jimi semble préoccupé. Devant un verre de bière à peine entamé, il est penché sur la table. Un stylo à la main, il s’applique à dessiner au verso d’un carton de bière.

Le taxi arrive et le signal du départ est donné. « Je tiens la porte, se souvient Noeghan. Je suis le dernier à quitter l’établissement. Brusquement, je revois l’attitude de Jimi et me précipite vers la table pour ramasser le carton. En lettres psychédéliques, il a dessiné Are You Experienced ? , le titre de son futur et premier album ! La calligraphie qu’il emploie annonce le graphisme des tags ».


Piero Kenroll et sa copine sont également au rendez-vous de cette soirée.
Jimi se prête de bonne grâce à l’interview. Dans son interview, Piero évoque ces « Français » qui
pillent systématiquement et sans vergogne le répertoire des artistes anglo-américains. Jimi s’étonne. Cela ne le choque pas.
« J’aime Dylan, dit-il, et je reprends quelques-uns un de ces titres ». On lui explique que, dans son cas, il donne une interprétation personnelle de l’œuvre d’un artiste qu’il aime et respecte, (All Along the Watchtower). Ce qui n’est pas le cas des artistes français en question. Jimi sourit. Il a compris. (Sans doute n’a-t-il jamais su que Johnny Hallyday laissait dire officiellement que Jimi Hendrix, « son ami », jouait de la guitare dans sa version de Hey Joe. Version qui avait laissé échapper un sourire grimaçant à Jimi lors de son audition dans les studios d’Europe 1, comme en témoigne Alain Dister dans Ezy Rider paru aux Éditions du Seuil...).

Jimi est fort surpris lorsque Piero lui remet l’insigne du Club « Les Aigles », un insigne que Jimi arbore immédiatement à sa boutonnière. Il a la forme d’une croix. Sur l’une des photos prises ce jour-là, on croit voir les initiales « JH » entrelacées.

Au moment de passer à table, Jimi invite Noeghan à s’asseoir en face de lui.
Il est entouré de l’amie de Gerry Stickells et de Rikki Stein.



Sur la même banquette, Tony Garland et Mitch s’installent en vis-à-vis de Chas et de sa femme.
Il y a là un appareil photo et Noeghan pense à shooter toute la soirée. C’est là qu’il prend le fameux cliché de Jimi dévorant son steak poivre.

C’est une photo intimiste, prise de façon instinctive de l’autre côté de la table.
L’assiette au premier plan est celle de Noeghan. Ces photos ne témoignent que d’une soirée chaleureuse entre amis heureux d’être ensemble.

Elles ne seront publiées que bien des années plus tard !



La soirée se termine au Black and White qui, avec le Pol’s Jazz Club, est alors l’une des boîtes les plus courues de Bruxelles.
Le patron Roger, un personnage haut en couleur, est ami de James Brown. Là, Jimi se montre particulièrement décontracté, détendu.

Il aperçoit, accoudée au bar, une jeune fille blonde qui l’intrigue. Timidement, il demande à Noeghan de l’inviter à table. Ce qu’il fait.
La fille accepte. Noeghan les laisse.



Le mardi, le groupe quitte l’hôtel vers les 9 heures 30. Le tournage de « Tienerklanken », émission populaire de la BRT, télévision belge d’expression flamande, a lieu dans un studio installé dans « la morne plaine », à Waterloo, dans une bâtisse au milieu des champs. Un tournage en play-back de plusieurs titres dont Hey Joe , qui s’achève dans l’après-midi. Jimi, Mitch et Noel font l’objet de nombreux plans rapprochés. Le réalisateur soigne son sujet.

À midi, c’est la pause. Ils déjeunent là, avec les techniciens télé, dans la cantine du studio. Jimi et Noeghan se passent des mots griffonnés sur des serviettes en papiers. « Hey Donkey ! » Lors des plans de coupe sur Mitch et Noel, ils vont tous deux à l’extérieur. Sur les poteaux de la clôture qui les sépare de la prairie voisine, Jimi dispose des gamelles vides qu’ils canardent, à tour de rôle, à coups de cailloux. Gaucher, Jimi se montre le plus adroit.

En fin d’après-midi, Chas, Jimi, Mitch, Noel et Tony s’envolent pour Londres. Gerry reprend la route d’Ostende avec le matériel. C’est fini. On se quitte. Jimi prend le papier de Rock & Folk, me le dédicace : « Stay Kool. Best of luck in what ever you try to do ! »


Bruxelles - 6 mars 1967

Merci Jimi !


http://www.patfraca.com/Jimi-Hendrix-Emotions-electriques,39.html


Superbe, ces histoires qui nous font revivre un moment aussi incroyable comme si l'on y était.
On image parfaitement la scène. Le Jimi en face qui gribouille sur le carton de bière...
Et puis avec cette timidité que l'on lui connait, cette simplicité qu'il a su garder.

C'est vrai aussi que l'on est seulement en mars 67, vous me direz ?
Et qu'il n'est qu'au début d'une belle ...Experience Wink


Ici, Jean-Noël Coghe sur la gauche avec Jimi.


http://www.memoire60-70.be/AgenceCentury/Jean_Noel_Coghe.htm



Ah, sinon, un autre dessin de Moebius dans la même inspiration.



Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Yazid



Inscrit le: 22 Mai 2005
Messages: 697
Localisation: Fontenay sous Bois

MessagePosté le: Dim Avr 15, 2012 12:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

FELICITATIONS FILOU !

YM
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Yazid



Inscrit le: 22 Mai 2005
Messages: 697
Localisation: Fontenay sous Bois

MessagePosté le: Mar Avr 17, 2012 10:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le Rock & Folk de mai propose 6 pages sur Moebius : une interview réalisée par Philippe Manoeuvre en 1999 et un bel hommage par l'écrivain Pacôme Thiellement.

Extrait choisi :



YM
ps : je ne peux que signaler dans le même numéro les 4 pages consacrées à Harry Benson (interviewé par Jérôme Soligny).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mer Mai 09, 2012 10:09 am    Sujet du message: Re: Moebieu et Jean-Noël Coghe autour d'une voodoo soup Répondre en citant

Oui, bel hommage à Moebius. Et à Jimi à la fois.
J'aime bien ces rapports entre artistes. Les liens entre Moebius et la zic sont toujours été très étroits.

En ce concerne Jean-Noël Coghe, c'est quelqu'un de très attachant. Et pour l'avoir rencontré, c'est vraiment l'impression que j'en retiens. Au sujet de ce dessin de Moebius, ce qui est dommage c'est qu'il n'y ait pas eu ce rapprochement entre les deux hommes au préalable. Cela aurait évité ces démarches juridiques sans fondement autant qu'inutiles.

D'ailleurs, je n'ai pas réussi à trouvé d'autres photos des deux ensemble à part celle que l'on retrouve en 4eme de couverture du bouquin. J'ai bien essayé de faire un agrandissement de cette petite photo mais bon. Tu n'en as pas d'autres, toi ?

Filou a écrit:


Malgré tout, c'est une belle histoire qui se finit bien. Un projet qui rapproche des artistes dans des domaines aussi différents que la photo et la BD, par exemple, est toujours intéressant. Moi, ça me fascine assez, je dois dire. Et, en faisant des recherches sur le web sur cette histoire, on apprend des choses très très sympa notamment sur ces fameuses journées où Jean-Noël Coghe passait du temps avec Jimi pour donner cette photo au final.

Et Rancurel dans tout ça ? Ils étaient potes tous les deux déjà à l'époque d'après ce que j'ai compris ?
J'ai cru même comprendre que Coghe avait appelé Rancurel pour le faire venir ce jour-là, non ?



Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1


 
Sauter vers:  



Powered by phpBB © phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com